La BIORÉSONANCE & les PLANTES

Le L.I.F.E.-System pour la PROSPÉRITE de VOS PLANTES

La biologie quantique permet de soigner vos plantes autrement. Saviez-vous, que vos plantes réagissent aux fréquences de certains sons de leur environnement : les fréquences sont donc totalement impliquées dans les processus biologiques du vivant.

La biorésonance et la photosynthèse des plantes

La BIORÉSONANCE & la PHOTOSYNTHÈSE des plantes

Des chercheurs du célèbre University College de Londres, Alexandra Olaya-Castro et Edward O’Reilly, ont publié en 2014 dans « Nature Communications » (article numéro 3012) un article dans lequel ils affirment que des macromolécules biologiques utilisent des processus quantiques afin d’effectuer de la PHOTOSYNTHÈSE (processus par lequel les plantes vertes synthétisent des matières organiques grâce à l’énergie lumineuse, en absorbant le gaz carbonique de l’air et en rejetant l’oxygène.)

Selon les deux physiciens, certains des états de vibrations moléculaires des chromophores facilitent le transfert d’énergie lors du processus de photosynthèse et contribuent à son efficacité. Ainsi, lorsque deux chromophores vibrent, il arrive que certaines énergies associées à ces vibrations collectives des deux molécules soient telles qu’elles correspondent à des transitions entre deux niveaux d’énergie électronique des molécules. Un phénomène de résonance se produit et un transfert d’énergie en découle entre les deux chromophores.

La MUSIQUE enchante les plantes

La « Génodique »

Les civilisations anciennes, de la Chine à la Bolivie, avaient bien compris que le chant et la musique permettaient d’aider les cultures à lutter contre les parasites et d’avoir une croissance plus harmonieuse et fertile. Cette pratique traditionnelle de l’histoire était tombée en désuétude, mais revient en force grâce aux progrès de la physique quantique qui montre que les fréquences sont impliquées dans les processus biologiques du vivant. Joël Sternheimer, un scientifique français, étudie depuis une quarantaine d’années ce processus biologique, créant une nouvelle discipline scientifique, la “Génodique”, association de la musique et de la génétique.

La « Protéodie »

Joël Sternheimer a découvert que la vibration de la fabrication d’une protéine créait une mélodie pouvant être transposée de façon audible. En diffusant la musique produite par cette création du vivant, l’organisme visé entre en résonance, ce qui favorise ce processus de la régénération et de la vie.

Il donne à la mélodie produite le nom de “Protéodie”.

Joël Sternheimer, élève de Louis Broglié, déposera un brevet en 1992 qui sera reconnu en 2008 par l’office central des brevets après un jugement.

Depuis une dizaine d’années la société qu’il a créée, commercialise les applications de ce brevet. Grâce à cette découverte, il est possible de fabriquer des protéodies spécifiques en seulement quelques jours dans le but d’aider une plante à se développer harmonieusement ou à se défendre contre les envahisseurs potentiels. Cette technique rencontre un franc succès chez les vignerons pour lutter contre l’esca et le mildiou qui déciment les pieds de vigne.

Chaque particule de matière, de la plus infime à la plus grande, possède une nature ondulatoire, et il est possible de calculer la fréquence de l’onde quantique associée à toute particule de matière.

Les fréquences de ces particules sont organisées entre elles par des rapports harmoniques simples. Les acides aminés s’associent entre eux de manière ondulatoire, produisant une musicalité inaudible pour l’oreille humaine mais que l’on peut transposer en audible. C’est par leur état vibratoire que les acides aminés vont pouvoir s’associer aux ribosomes, porteurs de l’ARN messager pour créer les protéines de la matière vivante.

Toute chaîne d’acides aminés peut être transposée en mélodie et communiquer avec la lumière intérieure inhérente à chaque particule, à l’espace interne propre.

plantes biorésonance

Les plantes, dans votre salon, n’ont certes pas d’oreilles, mais elles réagissent aux fréquences de certains sons de leur environnement.

Partant de ce constat, pourquoi ne réagiraient-elles pas, comme nous, aux douces mélodies ? Devriez-vous leur jouer du Mozart pour qu’elles s’épanouissent ?

Joël Sternheimer, scientifique et physicien français

Joël Sternheimer considère que le sujet est à l’intérieur même de la substance et se manifeste de manière harmonique. Reconnaître la dimension de sujet dans les bactéries et les virus permet d’instaurer un dialogue dans un langage de fréquences et de silence.

Les différents échelons de la matière, qu’elle soit vivante ou non, s’harmonisent entre eux par une onde d’échelle qui les relie et leur permet de communiquer et d’échanger de l’information.

La protéidie peut communiquer avec l’organisme et ses composants grâce à l’existence de ces ondes d’échelle.

Dès que l’organisme capte une mélodie qui correspond à un besoin, l’information entre résonance interne et l’interaction peut avoir lieu, stimulant le processus choisi. Jouer la mélodie qui correspond à la fabrication de protéines, amplifie le taux de synthèse de cette protéine.

En transposant la mélodie de certaines protéines, on retrouve des airs connus tels que :

• certaines musiques de Mozart (stimulation de la prolactine)
• le canon de Pachelbel (antistress)
• “Ringo no ura”, “chanson des pommes” japonaise (stimulation de la Natalité)
• la comptine “À la Claire fontaine”…

Jean-Marie Pelt, président de l’institut européen d’écologie

Jean-Marie Pelt soutient les travaux du physicien français Joël Sternheimer :

“Par ces recherches originales à la charnière de la biologie moléculaire et de la physique quantique, Joël Sternheimer nous donne peut-être l’une des clefs des effets de la musique sur les plantes”.

Dans son ouvrage “Plantes et aliments transgéniques”, Jean-Marie Pelt regrette que :

« Le génie génétique ignore superbement l’aspect ondulatoire de la matière si caractéristique de la physique quantique pour ne s’attacher qu’à son aspect corpusculaire. Une amputation dont il pourrait avoir un jour à se repentir. La Génodique ouvre la voie à une autre dimension plus responsable qui consiste à l’inclure dans le champ de la vie. Elle instaure un dialogue afin de restaurer l’homéostasie. »

Corinne Bongioanni

Sources :

“Les langages secrets de la nature”, Jean-Marie Pelt, Fayard.

“Musique des particules élémentaires”, Joël Sternheimer, Compte rendu de l’Académie des Sciences, tome 297, série 2.